• Sortie
    Sortie sur l'Andelle
  • Sortie
    Sortie sur la Seine à Rouen
  • Sortie
    Sortie à Romilly-sur-Andelle
  • Embarquement
    Embarquement au ponton du club
Loisir
Publié : 10 avril 2018

Du surf et encore du surf sur le bassin de Cergy

Nous étions neuf kayakistes du club à faire le déplacement pour une sortie de deux heures sur le bassin artificiel de Cergy-Pontoise en région parisienne samedi 7 avril 2018.

Pendant deux heures entre 16h et 18h, nous avons profité avec le club de Val-de-Reuil, celui de Lisieux, et avec Christophe d’Authentik aventure du bassin d’eaux-vives de Cergy-Pontoise. Un stade qui a très bonne réputation en France. Samedi 7 avril 2018, ils ont ouvert deux pompes pour nous permettre de jouer comme des gamins dans l’eau. Avec pour nous nous, des surfs à n’en plus finir...

Notre José national dans le "trou noir" de Cergy, un rouleau rétentif situé dans la première partie du bassin. Pour ne pas rester "coller" dedans, il faut avoir de la vitesse ou aller chercher la veine d’eau à droite en visant la rive droite.
José scotché dans le "trou noir"

C’est le seuil le plus redouté du bassin lorsqu’on s’y confronte pour la première fois. Son nom connu de tous les kayakistes du coin a forgé la réputation du stade d’eaux-vives...

José avec la pointe avant en l’air dans le "trou noir"
Moi au même endroit

Dans ce rouleau, toutes les figures de freestyle sont permises, illustration avec Julien qui y réalise un loop. C’est un salto avant où le kayakiste enchaîne une pointe avant suivie d’une pointe arrière sans sortir de la vague .

Julien qui enchaîne la deuxième pointe de loop

Et puis Cergy, c’est aussi deux belles vagues à surf dont une totalement folle : un cheval en furie qui tente d’éjecter son cavalier avec des ruades puissantes. Après des 360° (tour complet sans sortir du spot), enchaînés dans le rouleau, Seb se gave de surfs à n’en plus finir. Une addiction.

Seb dans une des vagues à surf du bassin

A l’image de leur père, les enfants de José se sont amusés. Ici, sa fille au sommet d’une vague.

Le fils de José à la réception du "trou noir"